Aether asbl

Figure 1 : représentation d'une vibration

La vibration, le mouvement et la danse

 

Auteur : Attila, 2010

Article en pdf : fichier-pdf-icone-5363-16

Article initialement paru dans le second numéro de la revue La Sève des Mystères : La Danse Sacrée.

 

Ce qui ne peut danser au bord des lèvres - s'en va hurler au fond de l'âme.

                                                                                                              Christian Bobin

 

La danse est une expression des plus simples, des plus naturelles et des plus anciennes de la Vie. A travers elle, depuis des millénaires, l'homme évoque les événements et les étapes qu'il traverse durant sa vie. C'est par elle qu'il exprime les émotions et les pulsions qui le hantent.

La danse est un moyen puissant donné à l'homme pour faire ressortir ce qu'il ne parvient pas à exprimer, par la parole ou l'écriture. Véritable soupape de sécurité, elle empêche l'individu d'être consumé par son feu intérieur, feu nourri par le stress, l'angoisse, la peur ou la colère. Elle est tellement puissante qu'elle sert d'exutoire tous les week-ends à des millions de jeunes gens dans notre société. Elle est aussi utilisée dans de nombreuses traditions pour libérer les êtres, soigner les malades ou même exorciser les possédés.

Si la danse peut témoigner des forces et des états d'âme de l'homme, c'est également par le mouvement et la vibration que les forces divines “parlent” et s'expriment. Musique et danse sont des expressions fondamentales de la Vie et de ses rythmes. Qu'est la danse, sinon un ensemble de mouvements, bougeant suivant le rythme de la musique ? En regardant la Nature autour de nous, nous voyons que tout est en mouvement : les vagues meurent sur les plages avec un tempo précis, les branches des arbres ondulent sous le souffle rythmique du vent, etc.

 

La Vie est vibration

Vibration, pulsion, frémissement animent toutes choses dans l'Univers, des plus petites particules aux galaxies les plus titanesques. Cette vérité connue par les mystiques depuis des millénaires est maintenant confirmée scientifiquement. La science contemporaine nous présente un modèle de l'univers et de la matière qui est dynamique, sans cesse en mouvement, oscillant d'un pôle à l'autre. Elle nous raconte que rythme et mouvement sont des propriétés intrinsèques de la matière, que cette dernière est mue par les quatre forces fondamentales que sont l'interaction forte, l'interaction électromagnétique, l'interaction faible et l'interaction gravitationnelle.

Figure 1 : représentation d'une vibration

 

Onde.jpg


La vibration, qui se meut autour de son axe central, peut aussi être représentée par la croix (voir la figure 2). Dans ce cas, l'axe vertical illustre le mouvement spatial alors que l'axe horizontal montre son évolution dans le temps.
La croix est donc une représentation, une carte, du mouvement perpétuel de la Vie. C'est une des manières d'interpréter la croix des éléments, en occultisme : les éléments sont les pôles de ce mouvement.

Qu'est-ce qu'une interaction ? C'est une action réciproque qui s'établit entre plusieurs objets, ces objets s'influençant et se modifiant les uns les autres. Cette interaction crée un canal entre l'homme et l'univers, par lequel l'information et l'énergie montent et descendent d'une dimension à l'autre. Ainsi, si les “dieux” peuvent pénétrer dans les hommes, ceux-ci peuvent, de même, se lier, se fondre et s'identifier à ces divinités. Dans toutes les traditions magiques et mystiques, la danse est utilisée pour rendre hommage et célébrer les forces divines, parfois sauvages, parfois codifiées et structurées. Par elle, l'homme s'unit avec les forces invisibles, jusqu'à devenir ces forces-mêmes.

Si l'homme ressent cette communion par la danse, c'est qu'il existe quelque chose dans cette dernière capable d'unir, si pas d'identifier, l'homme à la divinité. Cette chose capable de créer cette union est une vibration, une pulsion intérieure et secrète. Le mouvement de la danse n'est que la manifestation visible ou le prolongement, dans notre plan, de cette vibration intérieure

abraham 6 6
Figure 2 : dessin dans un ouvrage de Nicolas Flamel
Dans Les figures hiéroglyphiques de Nicolas Flamel, nous pouvons voir une croix sur laquelle repose un serpent. Ce serpent symbolise à merveille le mouvement vibratoire, illustré dans la figure 1, car cette ondulation est sinueuse comme le serpent.

. Le mouvement vibratoire est plus sensible et accessible dans la musique et la danse car les vibrations musicales véhiculent un “spanda” ou frémissement densifié, que l'individu peut facilement toucher. La musique et la danse créent ainsi un lien entre le monde intérieur et le monde extérieur : la danse va traduire ou révéler le monde intérieur au monde externe et inversement, ce qui permet au danseur de mieux assimiler ces deux mondes.

 

Un univers qui danse

Je ne pourrais croire qu'en un Dieu qui saurait danser.

                                                                              Friedrich Wilhelm Nietzsche

Ce lien entre la danse et le Divin se retrouve dans de nombreuses traditions de par le monde.

C'est, par exemple, avec ces yeux-là qu'il faut regarder Nataraja (le Roi de la Danse). C'est le nom de Shiva exécutant la Danse Cosmique, rythmant la Création et la Destruction de l'Univers : c'est en dansant que Shiva donne naissance, préserve et détruit le monde. Sa Danse représente la renaissance cyclique de toutes choses dans l'Univers. C'est une illustration du mouvement vibratoire, de l'oscillation entre deux opposés, autour d'un axe central. 

Dans la pensée hindoue, cette vibration est nommée Spanda. Elle donne son nom à des textes (par exemple le Spandakarika) et à une voie spirituelle au sein du Shivaïsme du Cachemire (le Trika ou école Spanda). La particularité de cette école est d'appeler Vibration, Pulsion ou Frémissement “la libre puissance qui éclaire, donne vie et mouvement à tout ce qui existe” (Sivasutra, Liliane Silburn, éd. Institut de Civilisation indienne). Le Trika enseigne à vivre la Conscience Absolue comme la Vibration Infinie et Eternelle. Cette Vibration est le frémissement, l'excitation du Coeur Universel, la pulsion de Vie qui existe partout et en tout. En un mot, c'est l'Energie Universelle de la Conscience Divine ou Absolue, qui ne fait qu'un avec Elle. En plongeant sa conscience dans les sens, dans le corps, dans tout ce qui le constitue, le pratiquant cherche à ressentir l'unité existant entre Conscience et Energie.

 

Nataraja mini

Figure 3 : Shiva Nataraja

Shiva Nataraja témoigne du lien existant entre la danse et la vibration : Ses bras et Sa jambe gauche se déploient et se meuvent, tandis que Son corps et Sa jambe droite marquent la stabilité, l'axe fixe autour duquel se déplace le mouvement ondulatoire.
Dans une de Ses mains, il tient le damaru, petit tambour en forme de sablier. Le damaru est un symbole du rythme, et Shiva rythme ainsi Son mouvement créateur et destructeur.
Un serpent enlacé autour des hanches de Nataraja représente Son Energie. Ce serpent est Kundalini, l'énergie de Shakti, avec qui Shiva exécute sa Danse (Tandava). C'est ce même serpent, que nous retrouvons au milieu des Séphiroth de l'Arbre (voir la quatrième figure).

 

Tournons maintenant notre regard vers une autre direction, vers une tradition plus proche de la culture, occidentale et chrétienne. La Kabbale enseigne également l'importance de ce mouvement ondulatoire, de cette alternance de tension et de détente. Les kabbalistes l'ont représentée sous la forme de l'Arbre de la Vie, qui schématise visuellement une oscillation autour d'un axe central. La représentation de la vibration est parfois accentuée par le dessin d'un serpent enlacé dans les branches de l'Arbre Séphirotique (cfr. la figure 4), ondulant d'une Séphirah à l'autre, exécutant un va-et-vient d'une extrémité de l'Univers à l'autre. D'autres illustrations montrent cette ondulation sous la forme d'un éclair ou d'une foudre qui descend ou monte, Séphirah après Séphirah, zigzaguant à travers cet Arbre.

Ce mouvement ondulatoire est rythmé par l'alternance d'une polarité à l'autre. Cette alternance, nécessaire au bon maintien de l'équilibre de l'Univers, est la source même de Sa stabilité. Après l'activité, n'avons-nous pas besoin d'un bon repos ? Reprendre des forces n'est-il pas déjà la préparation de l'activité suivante ?

 

La danse est une échelle

Figure 4 : l'Arbre des Séphiroth

arbre séphiroth

 Tout comme Nataraja, qui exécute sa Danse dans l'extase, le Serpent de la Kabbale, Energie Divine enserrant le monde dans ses anneaux, ondule et vibre sans arrêt, de Haut en Bas et de Bas en Haut.

Ce mouvement de va-et-vient perpétuel, entre les deux polarités extrêmes, est la Vibration Primordiale et Divine, présente en toutes choses dans l'Univers. Par le mouvement et la danse, l'individu amplifie dans tout son être la perception de cette Vibration, qui existe déjà dans sa Conscience sans qu'il en soit conscient à l'état “normal”. En la sentant résonner en lui, il accède, par la danse, à la transe et l'extase mystique. Il danse et communie avec la Vibration Divine.

Pour parvenir à cet état de communion avec la Vie et l'Absolu, le spanda doit pouvoir vibrer librement, sans entrave. Le Spanda, défini par Lilian Silburn comme “la libre puissance qui éclaire (...)”, est une vibration qui a pour nature la liberté, la spontanéité et la luminosité. Parvenir à laisser la vibration libre de toute attache et obstacle est la meilleure manière de s'unir à l'Energie Universelle de Vie.

L'efficience de la danse est de permettre un lâcher-prise total et profond. En laissant le corps bouger au rythme de la musique, nous permettons à notre corps et à nos émotions de rentrer pas à pas en harmonie avec sa vibration. Par la danse, le mystique et le chaman parviennent à s'élever et à se libérer des entraves du quotidien. La transe extatique est une forme de voyage de l'esprit, un mouvement de la conscience qui la transporte et la déplace. La danse agit comme une échelle pour mener le danseur vers l'extase, échelon après échelon, marche après marche, degré par degré.

 

Chevauchez le son

Lorsque je danse, je ne cherche à surpasser personne d'autre que moi. Mikhaïl Nikolaïevitch Barychnikov Choisissez, pour commencer ce genre de pratique, une musique qui vous plaît, vous attire et vous fascine. Cette attirance est très importante car, pour que la musique, et donc la danse, puisse vous mener à l'extase, il faut que votre mental “s'accroche” à la musique. Celle-ci va jouer le rôle de  monture pour votre esprit ou de char transportant votre conscience vers les sphères “célestes”. Vous pouvez aussi danser ou plonger dans une transe, sans être guidé par une musique, simplement en écoutant votre musique interne, les vibrations propres de votre être. C'est cependant plus difficile, pour débuter dans la pratique magique de la danse.

La musique affecte notre mental et nos émotions, raison pour laquelle le choix de la musique est particulièrement important dans la danse-transe.
Selon une étude scientifique de l'Institute of HeartMath, de Boulder Creek en Californie :
- la musique classique provoque une diminution des tensions ;
- la musique new-age améliore l'état de relaxation, diminue l'agressivité et les tensions, mais réduit fortement la lucidité mentale et la vigueur psychique ;
- la musique grunge favorise l'agressivité, la fatigue, la tristesse et la tension, tout en diminuant la relaxation, la lucidité mentale, la vigueur mentale et l'empathie ;
- ...

Pour mener à l'extase, la danse, et donc la musique, ne doit être ni trop violente ni trop lascive. Tout comme le feu de l'alchimie, le rythme de la danse doit être progressif : trop fort et trop violent en une fois, il consumerait directement l'individu et l'épuiserait. Par exemple, si vous écoutez des musiques indiennes comme les Raga, vous pourrez remarquer une sorte de crescendo dans le son, et dans la danse qui l'accompagne.

Le rythme doit s'élever petit à petit. Au commencement, la musique et la danse sont douces et lentes, pour permettre d'harmoniser et d'unir l'esprit, l'énergie et le corps. Elles s'intensifient ensuite progressivement pour amener le danseur vers un paroxysme, un sommet culminant (l'extase). C'est un peu comme le sport ; au début, le sportif s'échauffe, il met son corps en condition afin que toutes les parties de son corps, suscitées par l'effort, puissent fournir le maximum d'efficacité au fur et à mesure de l'entraînement.

 

Conclusion

La danse est un outil puissant pouvant amener l'être à la guérison. Cette guérison, si elle peut être physique, sera essentiellement émotionnelle, psychique ou spirituelle. Nous allons danser dans les discothèques, pour évacuer les stress et les tensions, comme nos aïeux effectuaient, en dansant, des exorcismes pour combattre des maladies spirituelles et magiques. La tarentelle en est un exemple. Cette danse, d'origine italienne, était utilisée dans le rituel du tarentisme. Après des heures, si pas des jours, de pratique, elle devait mener les danseurs à une extase ou une transe d'ordre thérapeutique. On lui donnait le pouvoir de soigner le tarentulisme, maladie attribuée à la morsure de la tarentule, qui provoquait une forme de léthargie et de langueur.

La danse magique est une méditation active et dynamique, qui entraîne l'homme sur le sentier de l'illumination et de la plénitude. Elle possède le pouvoir de libérer les forces et les énergies emprisonnées dans l'être. Cette libération permet l'expression de ces forces, renforçant l'individu au niveau émotionnel, spirituel et physique. Parce qu'une chose s'exprime, on peut la connaître ; parce qu'on la connaît, on peut en prendre possession ; parce qu'on la possède, on peut s'en détacher. Si beaucoup de systèmes spirituels proposent une forme d'éveil par le contrôle des pulsions, des émotions et des pensées, d'autres professent, au contraire, la prise de conscience par la libre manifestation de l'énergie et de son expression. Vivre la force pour la force, le mouvement pour le mouvement, sans en altérer la nature.

 

© Copyright 2010. Attila Markus. Tous droits réservés. 

 

Si vous avez aimé cet article, vous pourriez aussi vous intéresser à ceux-ci :

Danse et magie

La voie de l'extase

Le pas de yu

Les danses au coeur des traditions spirituelles

Appel des Dakinis