Aether asbl

Sortie astrale

 

Auteur : Attila, le 3 avril 2007

Article en PDFfichier-pdf-icone-5363-16

 

J’aimerais vous faire partager une expérience qui m’est arrivée il y a plusieurs années, lorsque j’étais en Inde.

J’y étais depuis quatre ou cinq mois lorsqu’un matin, en méditant sur le troisième oeil (ajna-chakra), j’ai vécu ma première sortie voyageastralastrale consciente. J’étais occupé à méditer tranquillement sur l’ajna, quand tout à coup je me suis retrouvé au-dessus de mon corps. Comme je baignais dans l’ésotérisme et le Yoga, je n’eus pas peur du phénomène, j’étais juste très surpris qu’il se produise à ce moment-là. J’avais tant essayé de sortir de mon corps auparavant, sans vraiment y parvenir entièrement, et voilà que là, sans le vouloir et même sans y penser, j’y arrivais.

Donc je me trouvais au-dessus de mon corps, dans ma chambre. J’étais là avec toute ma conscience et mon esprit, comme si j’étais dans mon corps et bien réveillé. Non, c’était même plus, je découvrais que ma conscience était plus vaste ici en dehors de mon corps que dans celui-ci. Tout ce qui m’entourait vibrait d’une lumière forte. Je pouvais voir ma chambre mais avec des couleurs plus vives, plus « vivantes » (c’est difficile d’exprimer par nos mots cette perception). Ce qui me surprit également, c’était mon état d’esprit : j’étais tout heureux, plein de curiosité comme un enfant qui se trouverait dans une confiserie. La première chose que j’ai faite dans cet état fut de vouloir voir mon corps. Dès que j’eus cette pensée, je me retrouvai devant lui. Il était assis sur le lit. Je contemplais cette enveloppe et je la percevais comme si c’était une sorte de boue ou de marécage : beaucoup d’eau mélangée à un peu de matière « solide ». En y repensant plus tard, je me suis dit que c’était vrai à quel point nous sommes essentiellement composés d’eau. Je n’étais ni dégoûté ni vraiment attiré par ce corps. C’était une grosse masse de matière dense et « inerte » en comparaison avec la « matière » qui m’entourait et dont j’étais constitué (mon corps astral).

En tournant mon « regard » autour de moi, je percevais que tout était comme en mouvement. Tout ce que je pouvais voir (le mur, le lit, l’air, les poutres, …), tout était constitué d’une matière mouvante et vibrante. Je me dirigeai vers une fenêtre et je vis comme une masse de petites particules qui vibraient et qui bougeaient sans cesse. Ces mouvements étaient comme des vagues ou des ondes qui pouvaient se propager. Je me tournai vers le grand mur vert de ma chambre, et là aussi je vis un mur qui grouillait d’énergie et de couleurs vives. Bien que le mur soit peint en vert, je pouvais également y voir différentes couleurs : un peu de rouge, du jaune, ... Je tendis mon bras astral vers lui comme pour le toucher. Il n’y eut pas vraiment de choc mais plutôt une sorte d’immersion. Ma main astrale se trouva comme absorbée par le mur, celui-ci commença à vibrer un peu différemment et je sentis cette vibration se propager à travers mon bras et mon corps : le mur communiquait avec moi. J’eus toute une série d’idées et de pensées sur le mur et son histoire. Cela dura l’équivalent de quelques secondes.

Ensuite, je me sentis comme tiré vers l’arrière ou happé et je sus que j’étais rappelé par mon corps physique qui sortait de sa méditation.

J’ai mis trois jours à me remettre de mon expérience. Elle m’avait bouleversé et touché profondément. J’avais vécu quelque chose que je ne connaissais physiquement qu’en paroles et en on-dit. Je m’isolai souvent les premiers jours pour ne rester qu’avec moi-même et cette expérience. Je pense avec le recul que c’était parfois comme une sorte de fuite, je cherchais à retrouver l’état que j’avais vécu en dehors de mon corps. Je voulais demeurer dans l’astral. Je ne m’en rendis pas compte tout de suite, c’est un peu plus tard que je compris cela.

Cette expérience m’a permis de ne plus craindre la mort (je parle de la fin de la vie physique, non de la douleur et de la souffrance qui y est associée) car elle m’a apporté la certitude inébranlable d’une vie en dehors de la vie physique.