Aether asbl

Evocation de Mercure

Méditation sur la sushumna lors d'une évocation d’un esprit de la sphère de Mercure

 

Auteur : Aude, le 14 novembre 2007

Article en PDFfichier-pdf-icone-5363-16

  

mercure

Mercure
Image issue des Douze clefs de philosophie de Basil Valentin

Dans cet article, je désire vous décrire une méditation que j'ai faite avec Attila il y a plusieurs années. Nous avions réalisé cette pratique au cours de l'évocation d'une entité de Mercure, que nous appellerons « I » dans ce texte. Nous avions demandé à cette intelligence de nous aider à ressentir comment approfondir nos méditations sur la sushumna, ce canal subtil qui traverse la colonne vertébrale. Pour augmenter nos énergies, nous avions choisi de pratiquer nus l'un contre l'autre, bien qu'aucun rapport sexuel ne doive avoir lieu dans cette pratique qui se voulait essentiellement rituélique et méditative.

J'étais assise sur les genoux d’Attila, lui faisant face et mes jambes entourant son dos. Notre avions installé notre baguette commune entre nous, pour nous nourrir de sa force. Nous avons tous deux commencé à méditer sur notre colonne vertébrale. Je me suis d'abord concentrée en utilisant la respiration : en inspirant, j'aspirais les énergies du bas vers le haut, en les faisant monter le long de ma colonne ; en expirant, je me concentrais sur le fait de la dilater et de la faire rayonner le plus loin possible. Après avoir ainsi activé son énergie pendant plusieurs minutes, je me suis concentrée sur ma sushumna, en cherchant à y ressentir du plaisir, sans plus prêter attention à ma respiration. J’absorbais dans ma colonne les énergies extérieures, en particulier celles de l’entité I, en faisant toujours monter les énergies depuis le bas de mon corps vers le haut. J’ai senti progressivement le plaisir monter en moi et soudain j’ai perçu mentalement un fin fil au centre de ma colonne. J'ai découvert ultérieurement qu'il s'agissait de la citrini, ce canal intérieur de la sushumna dans lequel passe la kundalini lorsqu'elle est éveillée.

 

Je me suis concentrée sur ce fil, ce qui a augmenté mon extase. Intuitivement, grâce à l'aide d'I, j’ai compris que je pouvais en « jouer » comme d’une corde d’un instrument de musique : en la caressant mentalement et en la faisant vibrer, ma joie augmentait. Je plongeais entièrement dans cette sensation, tout en continuant à la faire vibrer. J’avais l’impression qu'elle était comme une tige métallique qui traversait ma colonne et je ressentais tout mon être dilaté autour d’elle. J'avais très chaud et j'étais emplie de lumière. Suite à cela, ma colonne était extrêmement vivace, comme électrisée et chaude intérieurement. Je sentais comme si on appliquait un métal chaud contre ma colonne à certains endroits de mon dos, en particulier à hauteur du manipura et du cœur.

 

De son côté, Attila fut attiré par ma sushumna. Au lieu de se concentrer sur sa colonne, il plongea complètement son attention dans la mienne. Il la voyait doucement se dilater et il prenait conscience qu'elle était remplie de particules d’Ether. Il considérait ces particules comme un combustible qui remplissait la sushumna et qui, avec suffisamment de Feu ou d’énergie, s'activerait et enflammerait tout cet espace. L'esprit et le coeur centrés sur le milieu de ma colonne, il la voyait s'illuminer et il ressentait son énergie s’activer. Pris dans cette énergie, il sentit sa propre sushumna chauffer par sympathie, bien qu'il ne se concentrait pas du tout dessus. L’énergie que nous développions tous deux ensemble devenait si forte qu'il avait difficile à maintenir sa concentration. Mais, même si une partie de son mental voulait céder face à elle, il tenait et tout son être se remplissait d’énergie.

 

Après cette expérience intense, Attila et moi avons uni nos corps subtils pour envoyer notre amour vibrant vers l’entité, afin de la remercier de tout ce qu’elle nous avait offert. Elle nous a profondément bénis. J’ai senti comme si elle se greffait à mon cœur et à mon troisième œil : elle prenait directement mon amour pour elle là mais surtout elle utilisait ces canaux pour me transférer sa lumière. Je me suis sentie gonflée de lumière au point où j'atteignais quasiment ma limite d’absorption. J’avais l’impression qu’elle me tirait à elle par ces liens entre nous et qu'elle m'élevait vers elle, comme si elle haussait mes vibrations pour les rapprocher le plus possible des siennes afin de me transmettre sa nature. J’en suis restée toute émue et exaltée. Attila a lui aussi profondément senti son troisième œil et son cœur qui se remplissaient d’énergie. Relié à l’entité par ces deux chakras, il avait l’impression d’être une sorte de marionnette que l'entité maîtrisait. Il trouvait beaucoup de plaisir dans cet abandon à l'être de lumière et il ressentait son corps astral se gonfler d’énergie, surtout au niveau du coeur.

 

Après l'évocation, je me suis sentie en pleine forme, le mental parfaitement clair et centré, avec toujours la sensation d’une hyperactivité de ma colonne et d'une intense chaleur appliquée contre elle. Je sentais également vibrer mon troisième œil. Attila ressentait fortement son éthérique et l'énergie qui l’entourait. Tout son corps était plein d’énergie et de force ; quant à son mental, il était également centré. Cette pratique nous a tous les deux enseignés sur la nature de notre sushumna et sur celle de l'entité mercurienne que nous avions appelée. Sa lumière nous a accompagnés pendant des mois et le souvenir de cette évocation reste encore vivace dans nos mémoires.